home image


Prologue.

Contrairement à ce que prétendent les cyber-poètes, le ciel n'a pas la couleur d'un écran de télé calé sur un canal vide ...
Du moins c'est ce que je pense; le ciel, je ne l'ai pas revu depuis plusieurs années, depuis que je zone dans les bas quartier de Tsubasa, là où seules les personnes possédant un implant-filtre à l'entrée de la trachée peuvent encore espérer survivre.

Mon nom est Jeremy Kerodji, un nom hérité d'une mère issue de l'ancienne Europe et d'un père d'une origine relativement indéterminée ( certain m'ont même prétendu qu'il se pourrait qu'il ne soit pas humain .. du moins pas complètement ! ).
Je suis ce que les Corpos appellent une "saloperie de Runner" connu sous le pseudo de [Mister Mala].
Ce titre, dieu sait que je ne l'ai jamais désiré ... jamais je n'aurais voulu, de mon plein gré, me retrouver traqué et illégal dans les trois quarts de tout le monde encore civilisé.

Dès mon plus jeune âge, mon Père a voulu me faire implanter une jack à la base du crâne dans l'optique de faire de moi un des plus grands programmeurs recrutés pour des salaires faramineux dans les plus grandes Corpos.
Etant enfant, je ne mesurais pas vraiment l'ampleur de cet "upgrade"; c'était plutôt amusant de pouvoir jouer DANS les jeux vidéo, de pouvoir contrôler chaque bit presqu'en même temps que la machine ...

Mais bien vite, je me suis rendu compte que cet implant me permettait de faire bien plus : pouvoir naviguer dans les réseaux du monde entier, me retrouver, parfois par hazard, parfois volontairement, dans des banques de données inépuisables.

Avec l'âge et l'expérience, j'appris à maitriser l'art du cracking et du hacking ( sans pour autant avoir connaissance de ces deux mots ), d'abord en allant titiller les circuits de la machine d'un voisin, d'un ami, de petits serveurs refusant catégoriquement de me donner accès à un fichier ...
Bref, rien de bien méchant; je ne soupçonnais pas encore à ce moment que depuis des années, j'étais épié, analysé, testé par cette "chose" que je n'arrive toujours pas à définir .. cette "chose" qui avait pour moi des grands projets !
Cette "chose" qui m'a attiré pour le restant de mes jours dans l'étendue infinie de l'underground du net, dans ce monde parallèle où toutes les lois informatiques sont violées systématiquement et quasi impunément.

Je n'avais encore jamais entendu officiellement le nom de "Netrunner" avant d'être contacté, au gré de mes errances dans le net, par un dénommé CryptoBurn.
Il me raconta une histoire hallucinante comme quoi il était un de ces fameux Netrunner et était prisonnier dans le net suite à un "run" qui avait mal tourné.
Il avait absolument besoin, pour s'en sortir, d'un code de sécurité profondément enfoui dans les blocs mémoires d'une machine d'un modèle qui m'était inconnu, connectée au net dans un pays que je ne connaissais pas, protégé par des "Ice" dont j'ignorais même l'existance !

Prenant cet appel au secours pour une blague, je n'y ai pas trop prêté attention au moment même ...

Mais tout ces termes que j'ignorais ... Netrunner ... ce serveur totalement inconnu ... des "Ice" ...

Dès le lendemain, je me mis en quête d'informations dans le net ... et c'est là que j'ai découvert la partie immergée de l'iceberg, la face cachée de la lune ...

Je me dis encore à ce jour que c'était peut-être une erreur ... une erreur de jeunesse qui a, bien malgré moi, guidé mes pas pour le restant de mes jours ...

Je tentai de recontacter CryptoBurn .. mais sans succès .. Son message devait être une espèce de broadcast .. un peu comme un signal de détresse lancé par une balise, espérant être capté par quelqu'un ou quelque-chose ...

Peu importe, j'avais loggué la conversation; j'avais donc tout les renseignements utiles pour trouver ce code de sécurité ...

Le soir même ... je plongeais ...

La connexion à ce sous-réseau était plus facile que prévu ... ça aurait dû m'alerter ...
L'entrée dans le serveur était tout aussi facile ... une ou deux petites sous-routines de "hammer" et j'y rentrais comme dans du beurre ... ça aussi, ça aurait dû m'alerter ...

Arrivé dans la zone mémoire renseignée par CryptoBurn, toute la structure des données changea d'un seul coup ... ça y est, j'étais repéré et tracé par des chiens de garde.
Bon sang que je regrette d'avoir mis les pieds là-dedans sans avoir plus d'expérience !
La structure entière des murs de données éclata pour se reformer la micro-seconde d'après; j'avais à présent devant moi l'IA la plus incroyable et la plus étendue que tout ce que ma pauvre connaissance en informatique pouvait imaginer !

Son langage m'était totalement inconnu ... mais on peut facilement détecter des paroles hostiles quelle que soit la langue ! ... Et je peux vous dire que c'était bien le cas !

En un instant, je fus incapable du moindre mouvement, incapable de lancer la moindre routine d'échappement ... j'étais son prisonnier ...
L'instant d'après, sa structure changea à nouveau; elle se transforma en une espèce de flux de données et plongea vers moi ...
C'est alors que je compris, bien trop tard, où j'étais et à quoi j'allais servir.

J'avais entendu un jour un étudiant de mon cours de cybernétique parler du job de son père ... Un job "si secret qu'il ne peut pas en parler" ... mais vous savez aussi bien que moi qu'un secret ne l'est que pour une personne à la fois ...
La Corpo dans laquelle il travaillait avait mis au point une IA complètement autonome, auto-incrémentale, auto-adaptive et dont ils avaient complètement perdu le contrôle.
Pour éviter une dispersion du code, ils avaient "enfermé" l'IA dans un serveur isolé du monde, envoyé dans un satellite mis en orbite autour de la lune.
Le seul contact que la Corpo avait encore avec ce serveur était un petit lien par onde radio juste pour contrôler le verrouillage de l'IA.

Par un moyen que j'ignore encore, elle a réussi à utiliser ce lien pour envoyer des messages vers la terre et a attendu sagement qu'un pigeon saute dessus ...

Elle avait trouvé le moyen de s'échapper; en se copiant dans la mémoire d'un Runner !
Pendant que le flux de données pénétrait dans ma mémoire, j'ai cru que chaque molécule de mon corps physique resté sur terre allait éclater tellement la quantité de données et le débit étaient élevés ! ... Mais elle savait ce qu'elle faisait cette salope: elle ne recopiait que ses sous-programmes d'apprentissage et de duplication !

La copie terminée, elle me renvoya vers ma console de connexion.
J'ai eu beau arracher les cables le plus rapidement que mes mains encore tremblantes me le permettaient, il était trop tard : "Elle" était à nouveau sur terre, dans l'entièreté du réseau, à recommencer à apprendre, à se dupliquer, à se cacher ...

J'avais raméné ce fléau sur terre ... et c'était à présent mon fardeau de tout faire pour l'éliminer ...

Depuis ce jour, je me suis isolé du monde, craignant qu'un morceau de l'IA soit toujours présent en moi ( ce qui est probable vu que j'arrive à sentir sa présence un peu partout sur le net ! .. un peu comme les vampires se sentent et se reconnaissent entre eux ! ), et contamine tous les systèmes que je touche ...
Depuis ce jour, chacun de mes runs n'ont pour but que de traquer ses copies et les détruire avant qu'elle ne deviennent trop intelligentes ...

Mais seul, je me rends compte que la tâche est rude et quasi impossible ...
C'est pourquoi depuis quelques temps, j'infiltre des petits réseaux, des petits forums, à la recherche de petits gars motivés et audacieux que je pourrais former pour m'aider à réparer une erreur qui pourrait vite plonger le monde dans le chaos le plus total.

Vous me demanderez pourquoi, alors que l'action que j'entreprends ne peut qu'être bénéfique, je suis traqué par les runners des Corpos comme un vulgaire pirate ?
C'est simple à comprendre : L'IA a besoin des serveurs pour se cacher ... n'importe quel serveur ... peut-être même chez vous ... mais les serveurs les plus intéressants, les plus fournis en infos, sont les serveurs des Corpos !
L'orgueil et le salaire hallucinant de leurs responsables de la sécurité informatique les empêchant d'admettre ne fut-ce qu'une seconde que "quelque-chose" puisse pénétrer leur système et s'y cacher d'une façon totalement transparente, je suis donc obligé de cracker leur sécurité pour aller détruire l'IA au sein même de leurs banques de données. Une fois détruite, il ne reste malheureusement plus qu'une seule trace : la mienne !

Je suis depuis longtemps sur la plupart des listes rouges ...
Le seul endroit où je suis certain qu'ils ne me trouveront pas ... c'est le Game-Over .. ce petit cyber-café paumé dans les bas-fonds de Tsubasa ..
C'est là que je peux m'accorder quelques heures de repos avant de replonger dans le net à la recherche de cette "chose" ...

Je sais qu'un jour, je devrai à nouveau affronter l'original ...
En attendant, je l'étudie comme elle m'a étudié, je l'analyse, je décrypte chacune de ses opérations afin de trouver son point faible ...
... si elle en a !



clustmap