home image


Run#001 : Prise de conscience.

Le Transfig était LE cyber-café branché des beaux quartiers que tous les jeunes programmeurs se devaient de fréquenter pour favoriser leur ascension sociale et professionnelle. Il regorgeait d'anciens agents de Corpos à la retraite, toujours prêts à fournir des conseils éclairés à leurs potentiels successeurs.
Je m'y rendais deux fois par semaine; pas tellement par envie, cette ambiance élitiste et hautaine ne me plaisait pas vraiment, mais uniquement parce que mon Père y avait encore quelques contacts qui auraient pu s'avérer très utiles pour ma future carrière, planifiée et réglée par mon cher géniteur depuis toujours.

Ce jour-là, il y régnait une ambiance électrique : un concours d'infiltration allait se dérouler.

Ce genre de concours, organisé officiellement par une des cinq grandes Corpos du pays, visait à déceler des nouveaux talents parmis les programmeurs et assurait au vainqueur une place de choix dans la Corpo organisatrice.
Les perdants, quant à eux, allaient devoir attendre quelques années avant d'être effacés des listes noires partagées par les Corpos et les administrations.
Après tout, vouloir faire partie de l'élite a un prix. Certains n'étaient pas prêts à le payer et on enregistrait généralement quelques suicides suite à ces concours.

Cette fois, c'était au tour d'Arasaka d'organiser le concours.
L'infiltration était simple : entrée dans les bases de données, décryptage de l'agenda du responsable du service de la sécurité informatique ( ce dernier n'étant pas au courant; il ne fallait pas injustement renforcer la sécurité pour l'occasion ) et encodage d'un rendez-vous à notre nom pour un entretien d'embauche.
Bref, une infiltration simple, précise, rapide.

Le concours commença à 14 heures précisément ... un détail sans importance mais je me souviens que les choses ont eu tendance à s'embrouiller à partir de ce moment.

Bien que ne m'étant jamais inscrit à un de ces concours, je m'étais toujours imaginé que le jour où j'y participerai, je n'aurais pu qu'être extrêmement tendu et nerveux ... mais ce jour-là, je m'y suis inscrit ... dans le calme le plus plat, comme envahi par une espèce de puissance que je ne me connaissais pas.
Pour tout vous avouer, j'étais quasi certain de gagner ce concours haut la main et dans un temps record.

Les deux premiers candidats échouèrent lamentablement devant le premier firewall ...
L'un des deux a même fondu en larme pendant qu'il déconnectait son jack en se sentant scruté par le regard perçant d'un des agents d'Arasaka présent sur place pour surveiller le déroulement de l'épreuve.
J'en avais presque pitié ...

Enfin c'était mon tour ... Mon jack semblait me brûler tellement j'étais impatient de montrer de quoi j'étais capable à ces petits fils-à-papa friqués qui pensent que plus la console est chère et upgradée dans tout les sens, moins on a à faire.
Je n'ai d'ailleurs pas manqué de remarquer le petit sourire en coin de l'agent d'Arasaka qui a installé ma vieille console sur le support réglementaire pour éviter tout piratage extérieur; c'est vrai qu'elle a l'air de tomber en pièce mais ça fait des années que je la possède et elle a fait ses preuves plus d'une fois !

Les règles me sont une dernière fois expliquées; j'ai le droit d'embarquer seulement trois sous-programmes, le temps limite est de quatre minutes et si je m'aventure dans une zone mémoire hors secteur de jeu, je me ferai à coup sûr griller la cervelle par une Ice-Sentry ...
Rien de bien spécial ... les règles classiques.

Après m'être installé confortablement et avoir abaissé les lunettes d'immersion totale, j'appuyai calmement sur Start ...

Afin qu'on perde le moins de temps à l'extérieur, Arasaka avait placé des traceurs de route pour nous permettre d'arriver directement face à leur point d'entrée.

- "Bon sang qu'est-ce que c'est que toutes ces voix ?"
C'était la première fois que ça m'arrivait; j'avais l'impression que des milliers de messages confus m'étaient directement adressés.

- "FERMEZ-LA ! Rien à foutre, j'ai autre chose à faire !"

Enfin, j'arrivai face à l'énorme logo tournoyant d'Arasaka.

Outre l'aspect vaporeux du firewall, une chose me sembla bizarre: son code m'apparut aussi clair et limpide que les textes d'un livre de contes pour enfants !
Comment les deux précedents candidats avaient pu échouer ?

Je m'approchai du mur et, contrairement aux autres fois, je ne ressentis aucun "picotement".
Je posai ma main sur la zone d'encodage crypté et comme par enchantement, sans même devoir lancer de sous-programme de décryptage ou de hammer pour forcer le code, je me retrouvai de l'autre côté !

Je vérifie mes cycles ... j'ai largement le temps ...
Vu le délai imparti et la facilité de mon entrée, je pourrais me permettre d'aller fouiner un peu ...
Non, en fait, j'avais l'envie irrésistible d'aller fouiner sans tenir compte de la troisième règle.
Qu'est-ce qui m'arrive ? Généralement, ma curiosité passe après la prudence ! ..
Mais aujourd'hui, c'est différent.

Et ces voix ... ces voix qui m'appellent ...

Ma décision était prise, je voulais régler cette affaire au plus vite ...
Direction les agendas ...
Et pourtant, c'est irrémédiablement vers le secteur Nodes que je me dirigeai ...
Je n'étais plus qu'une marionnette pilotée par quelqu'un ... ou quelque-chose ...

Nous y voilà ... le data block des Nodes ...
Le décryptage va être un peu plus ardu que pour des ridicules agendas; c'est là que sont stockés tous les points d'entrée/sortie de tous les serveurs d'Arasaka à travers le monde.

Je tentai de lancer mon sous-programme de décryptage favori .. mais il avait disparu, laissant la place à un programme que je n'avais pas choisi d'embarquer .. pire, je ne possédais même pas ce programme ! D'où venait-il ? Comment était-ce possible ? ... sa forme .. son code .. j'avais déjà vu cette structure quelque part ..

A peine lancé, il se mit au travail .. il fonça sur la porte cryptée comme un rapace sur sa proie et l'explosa littéralement !
Je n'avais jamais vu ça et honnêtement, là, je commençais sérieusement à paniquer !

C'est moins la destruction du cryptage que ce qui se trouvait derrière qui m'inquiéta : une véritable armée d'Ice .. et pas des tendres .. c'étaient les plus aggressives que les Corpos possédaient assurant un grillage immédiat de celui qui serait pris pour cible !

Mon regard se posa sur l'objectif que mon "pilote" m'avait choisi : "Arasaka Main Access Nodes", les clés du paradis d'Arasaka.

Soudain, un éclair éblouissant brouilla complètement ma vision et je me sentis instantanément affaibli ...

"Elle" était à nouveau là ... en face de moi ... l'IA que j'avais ramené de ce serveur mis en quarantaine ... dressée fièrement face aux Ice-sentries ...

La dernière chose dont je me rappelle, c'est sa fulgurante progression vers le Node qu'elle avait pris pour objectif et les Sentries explosant à son seul contact ... puis plus rien ... le voile noir ...

Quand je repris conscience, j'étais allongé sur le siège du Transfig.
Je retirai les lunettes et le spectacle qui s'offrit à mes yeux restera à jamais gravé dans ma mémoire.
La majorité des écrans, consoles et autres appareils connectés sur le net pour assister au concours avaient explosés, blessant, parfois mortellement, les personnes à proximité.
Les deux agents d'Arasaka ainsi que trois autres personnes inconnues gisaient, morts, au pied de mon fauteuil.
D'après les histoires que j'ai entendues par la suite, ils auraient essayé de déconnecter mon jack en voyant mon anormale progression vers un secteur interdit et se seraient faits grillés !

Je n'eus qu'une idée en tête à ce moment : fuir ! .. Fuir le plus vite possible avant d'avoir tous les agents de sécurité d'Arasaka sur le dos; si ils me chopent, il n'y aura même pas de jugement, ça sera l'éradication instantanée après une extraction forcée de ma mémoire !
J'avais, sans le vouloir, introduit le ver dans la pomme; Arasaka possédait un réseau privé à l'échelle mondiale ainsi qu'une des plus grosses bases de données militaire de la planète !
"Elle" allait pouvoir se servir à sa guise .. et apprendre .. apprendre encore .. et s'étendre ...

Les seuls témoins du tranfert de l'IA de ma mémoire vers le serveur d'Arasaka étant morts, personne, à part moi, ne saura jamais ce qu'il s'est réellement passé ce jour-là ...

Enfin, "Elle" n'était plus en moi ... mais elle a laissé une trace indélébile ... une trace qui me permet à jamais de la sentir .. de la localiser partout .. "Elle" et ses copies ... dans chaque recoin du Net .. ces voix .. des traces de ses "enfants" que j'entendais quand "Elle" était en moi !

Le soir même, je fis mes bagages et disparus de la surface du monde 'civilisé' ... je partis pour les bas-quartiers ...

La vie sera dure et dangereuse là en bas .. mais au moins, les agents des Corpos n'y descendent jamais ...

Le chemin que prenait mon existence était à présent limpide : chercher et traquer cette merde ... et la détruire !

C'est dorénavent ma mission ... mon fardeau ... mon enfer ...



clustmap